touche-pas-a-mon-felin

touche-pas-a-mon-felin

Une femme a dépensé plus de 20 000 $ pour aider des Chats ...

  PATOUNES2.png

 

 

Retour à la liste

       Une habitante de Châteauguay, au Québec, a dépensé plus de 20 000 dollars en l’espace de 16 ans pour sauver près de 200 chats errants dans son quartier. Qui dit mieux ?

Un amour inconditionnel

C’est en 2001 que Nathalie Fournier débarque à Châteauguay, de l’amour à revendre plein les bagages. Elle prend rapidement conscience que de nombreux chats errants sont à l’origine de nuisances dans le quartier. En effet, les petits félins se plaisent à marquer leur territoire où bon leur semble, y compris sur les propriétés privées (on ne vous avait pas dit que les chats n’avaient pas la notion de propriété ?).

 

En bonne amoureuse des animaux qu’elle est, Nathalie décide d’attraper les chats errants afin de les stériliser, de les soigner et de les traiter contre les parasites. Elle dépense alors à chaque fois 100 dollars par chat chez le vétérinaire. Sachant qu’elle a tout de même aidé plus de 200 chats, cela fait une sacrée somme… Une fois qu’ils sont soignés, cette bienfaitrice fait tout pour que ces chats retrouvent une nouvelle famille. Mais lorsque cela est impossible, elle leur rend leur liberté

 

Lorsque le Journal de Montréal demande à Nathalie si elle ne trouve pas exagéré d’avoir dépensé 20 000 dollars (16 800 euros) pour des chats de la rue, elle répond : « Pour moi, ce ne sont même pas des dépenses. Si ça peut sauver une petite vie, je le fais ».

Pour un programme de stérilisation payé par la ville

Depuis son installation dans le quartier, Nathalie, accompagnée de l’une de ses voisines, a lancé une pétition pour que la ville mette en place un programme de stérilisation des chats errants ou abandonnés. Ils seront ensuite relâchés après avoir récupéré toutes leurs forces.

Ce programme permettrait d’enrayer la reproduction des chats et donc de limiter les nuisances qu’ils peuvent causer aux habitants. Déjà mis en place dans plusieurs villes de la région, il a fait ses preuves et serait actuellement à l’étude à Châteauguay.

 

Sources : Le Journal de Montréal ; Wamiz 



27/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi